Récital du basse-baryton Jacques-Greg Belobo au CCF de Pointe-Noire

Premier chanteur lyrique africain sélectionné pour le prix Best singer in the World décerné par la BBC, sociétaire de l’opéra de Dresde, artiste sollicité par les plus grandes scènes du monde, le basse-baryton Jacques-Greg Belobo, accompagné du pianiste Simon Pierre Ndoyé, a donné un récital en la cathédrale Notre-Dame de Pointe-Noire le mardi 12 avril 2011. Il était invité par le Centre Culturel Français dans le cadre des tournées africaines organisées par l’Institut français.

« I believe », ou comment on devient chanteur lyrique

JPEGDevant près de 500 personnes et après une première partie assurée par la chorale grégorienne Jubileum (chorale de la cathédrale Notre-Dame), Jacques-Greg Belobo a donné son récital I believe, récit en musique et chants de son parcours professionnel.
Chaque mélodie ou air d’opéra introduite par un préambule le resituant dans le contexte professionnel mais aussi sentimental de la vie du chanteur lyrique, le public a ainsi pu suivre le baryton, de ses premiers pas au Cameroun jusqu’à son engagement à l’opéra de Dresde en passant par ses années de conservatoire et les nombreux concours auxquels il a participé.
Mélodies françaises et italiennes, Lieder allemands, airs d’opéra comme les monologues de Sarastro et de Kaspar, le récital balaye un large spectre de l’histoire du chant lyrique. Les diverses anecdotes ainsi que les précisions sur la formation et le métier de chanteur lyrique ajoutent une dimension humaine en transformant le récital en conte : comment, en traversant diverses épreuves, un jeune camerounais d’origine modeste réalise t-il son rêve de chanter Mozart et Verdi.

Un « art de la voix » peu connu en Afrique

JPEGSi les chorales religieuses sont très nombreuses en Afrique, l’art lyrique reste peu connu sur ce continent. Comme l’a souligné Jacques-Greg Belobo, l’absence d’écoles de musique et de chant contribue pour beaucoup à cette méconnaissance. Ce récital mêlant qualité des interprétations et parcours de vie était ainsi une belle occasion de faire connaître l’art de la voix. Et le public ne s’y est pas trompé en faisant un triomphe au baryton qui, en rappel, a interprété plusieurs airs traditionnels camerounais.

A Pointe-Noire, le récital de Jacques-Greg Belobo a reçu le soutien financier et logistique des sociétés S.A.T.F. et AGS et de l’hôtel Victory Palace. L’engagement de ces partenaires a grandement contribué au succès de la manifestation. Jacques-Greg Belobo devrait d’ailleurs revenir à Pointe-Noire en octobre, invité cette fois-ci par le Lyons Club.

Cameroun, France, Allemagne : le parcours atypique d’un chanteur lyrique

Après des études de chant à Yaoundé pendant lesquelles il remporte plusieurs prix dont le Diapason d’Abidjan, Jacques-Greg Belobo entre en 1997 au Conservatoire National de Nice puis, en 1998, au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris. En 2000, son diplôme supérieur de chant en poche, Belobo se fait remarquer au Concours International de Genève puis en 2002 au concours Belverere de Vienne où il obtient cinq prix dont des engagements au Semperoper de Dresde, à l’opéra de Strasbourg et un concert à la philharmonie de Cologne.

En savoir plus : Jacques-Greg Belobo s’est produit sous la baguette de nombreux chefs d’orchestre tels que Zubin Metha, James Levine, Marc Soustrot, Fabio Luisi, Massimo Zanetti, Sebastian Weigle ou Paul Goodwin, interprétant les rôles, entre autres, de Sarastro (La Flûte enchantée), Figaro (Les noces de Figaro), le Roi (Aida), Colline (La Bohême), il Grande Sacerdote (Nabucco), Kaspar et Eremit (Der Freischutz), Leporello et le Commandeur (Don Giovanni), Escamillo (Carmen) et se produisant dans de nombreux concerts (Requiems de Verdi, Brahms et Fauré, Stabat Mater et Requiem de Dvorak, Messe du Couronnement de Mozart, Petite messe solennelle de Rossini).

Dernière modification : 02/05/2011

Haut de page