Les Français se mobilisent pour venir en aide aux populations sinistrées

Après la tragédie du 4-Mars, la France s’est aussitôt mise à la disposition du gouvernement congolais pour proposer toutes ses forces, qu’elles proviennent de l’Ambassade de France à Brazzaville, du Centre de crise du Ministère des Affaires étrangères et européennes (MAEE), de notre dispositif militaire de Brazzaville et de Libreville ou encore de nos entreprises privées.

Le Ministère des Affaires étrangères et européennes a sollicité son Centre crise pour permettre l’envoi rapide de personnel médical et de matériel de soins . Dès le premier jour, un médecin militaire, coopérant auprès du Service de santé des armées congolaises, a apporté son aide à la prise en charge des blessés.

Dès dimanche, le personnel de l’ambassade de France, avec l’aide des militaires français, plantait des tentes au niveau de la Case de Gaulle pour répondre à d’éventuels besoins de la communauté française. Le lendemain, 20 tentes étaient déployées dans les jardins de la cathédrale du Sacré-Cœur pour répondre à la présence croissante de sans-abri. 9 autres tentes ont été installées depuis sur le même site, permettant ainsi à près de 300 personnes de trouver un premier refuge.

Un autre lot de 30 tentes, militaires cette fois, est arrivé jeudi 8 mars dans la soirée, en provenance de Libreville. Les militaires français, avec l’appui des forces armées congolaises, les ont déployées dès le lendemain à Mossengo, au nord de Brazzaville.
JPEG

Par ailleurs, une équipe de militaires français spécialisés dans le déminage est arrivée vendredi soir à Brazzaville pour s’atteler à la dépollution de la zone de Mpila.

Les sociétés françaises se mobilisent

De leur côté, les entreprises françaises ont également fait preuve d’une réactivité remarquable.
Total a mobilisé une cellule de crise dans les heures suivant les explosions. Dès dimanche soir, un avion décollait de Pointe-Noire avec à son bord une équipe médicale (dont trois médecins) et des produits pharmaceutiques. Les filiales Total Gabon et Total Angola ont également été mises à contribution. 10 tonnes de produits pharmaceutiques ont été transportées et livrées à Brazzaville par les avions affrétés par Total E&P Congo. 3,3 tonnes proviennent des stocks de Total E&P Congo, 650kg de Congorep et 6 tonnes de la contribution Inter-pétroliers (Total, Eni, Chevron et Congorep)

JPEG

Dans les jours à venir, Total a également annoncé sa collaboration à la préparation de la phase 2 pour l’aide humanitaire, en liaison avec la Croix-Rouge et le Fond des Nations-Unies pour la Population (UNFPA), notamment en faveur des sans-abri. La compagnie française a pris l’engagement par lettre de son président, Christophe de Margerie, d’aider la République du Congo dans les travaux de reconstruction, au-delà des évènements actuels.

La société AERCO a pour sa part décidé d’exonérer de toute redevance aéroportuaire les vols humanitaires spéciaux ainsi que le transport des marchandises acheminées depuis Pointe-Noire dans le cadre de l’aide humanitaire. La société Congo Handling n’est pas en reste, puisque dès le 4 mars elle a supprimé toute taxe au débarquement des produits et passagers des avions humanitaires.

Dernière modification : 09/03/2012

Haut de page