Financement de deux nouveaux projets à hauteur de 39 200 000 Fcfa sur le Fonds d’appui aux sociétés civiles

Mardi 30 septembre à 11h, M. Jean-Pierre Vidon, Ambassadeur de France au Congo, a signé avec deux associations congolaises, un protocole de financement sur le Fonds d’appui aux sociétés civiles du Sud (SCS), engageant au total plus de 39 millions de FCFA.

A travers le Fonds d’appui aux sociétés civiles du Sud (SCS), l’Ambassade de France soutient des projets de proximité, qui répondent à des besoins clairement identifiés et qui visent l’amélioration des conditions de vie des populations vulnérables.

Ainsi, après une sélection restreinte, deux nouveaux projets ont été retenus par l’Ambassade de France au Congo et vont être financés à hauteur de 39 200 000 FCFA.

Le premier projet est porté par l’Union pour l’Étude et la Recherche sur la population et le développement (UERPOD). Créée en 1992, l’UERPOD est une ONG à caractère scientifique qui couvre plusieurs domaines. Elle fait partie des principaux réseaux régionaux de recherche sur les questions de population et de développement. Cette appartenance a donné lieu à des publications d’intérêt scientifique sur divers sujets relatifs à l’enfance en difficulté, le système éducatif, l’insertion socio-économique des jeunes, l’entrepreneuriat, le développement agricole, etc.

Le projet, cofinancé à hauteur de 20 000 000 FCFA par l’Ambassade de France au titre du SCS, propose d’améliorer les revenus des producteurs du Département de Pointe-Noire par la structuration de la filière maraîchère et la lutte contre l’insécurité alimentaire. Pour cela, il vise le renforcement des capacités techniques et managériales, des pratiques culturales des 10 groupements et associations du Réseau des Agriculteurs et Eleveurs du Congo (REAC) soit 210 exploitants de Pointe-Noire. Son objectif est également le développement de nouveaux produits à haute valeur ajoutée permettant d’améliorer la commercialisation des produits maraîchers. Des cycles de formation seront dispensés notamment sur le site de deux champs de démonstration. Ce projet de 14 mois est développé en partenariat avec l’Association des éleveurs et maraîchers de Tié-Tié (AEMT), partenaire opérationnel, et la Chambre de commerce de Pointe-Noire.

Le second projet est animé par le Groupement Interprofessionnel des Artisans du Congo (GIAC). Cette fédération d’auto-organisation des artisans créée en 1996 à Pointe-Noire fait la promotion de l’artisanat et de la petite entreprise.

Le projet, financé par l’Ambassade de France à hauteur de 19 200 000 FCFA, prévoit d’accompagner la professionnalisation de la filière artisanale à Pointe-Noire. Ce programme de formation en apprentissage porté par des professionnels de la filière artisanale comprend la formation de 10 maîtres artisans aux techniques d’apprentissage traditionnel et sur la gestion d’entreprise en milieu artisanal ainsi que la formation de 50 jeunes apprentis artisans venant des organisations professionnelles de Pointe-Noire aux métiers artisanaux et à la gestion d’entreprise. _ Les 50 jeunes formés seront équipés d’un kit d’installation et accompagnés dans leur insertion professionnelle. Ce projet de 21 mois se déroulera à Pointe-Noire avec l’appui des Ministères et autorités locales concernées, de la Chambre consulaire de Pointe-Noire et des ONG Groupe de Recherches et d’Échanges Technologiques (GRET) et Association Pointe-Noire Industrielle (APNI).

Ces deux projets s’ajoutent aux quatre actions déjà financées dans le cadre de la nouvelle enveloppe du SCS pour la période 2013-2016. Il s’agit des associations ASLAV, Azur développement, fondation Niosi et CCOD qui mettent en œuvre des projets d’appui dans les domaines de la santé, de la protection du droit des femmes, du développement local et de la gouvernance démocratique.

Dernière modification : 01/10/2014

Haut de page