Discours pour la remise des certificats de formation en vue de la préparation au concours de l’ENA – le 15 janvier 2016 – 16h Intervention de S. Exc. M. Jean-Pierre VIDON Ambassadeur de France en République du Congo


Monsieur le président de l’Association des Anciens Elèves Congolais de l’ENA de France, cher Matt,
Mesdames et Messieurs les anciens élèves de l’ENA,
Mesdames et Messieurs les candidats au concours d’entrée à l’ENA,

Je suis particulièrement heureux d’être parmi vous, aujourd’hui, pour cette remise, la première, des certificats de formation sanctionnant la préparation du concours de l’ENA. Ces certificats vous sont destinés, Mesdames et Messieurs, vous qui êtes les treize candidats à ce concours dont les premières épreuves débutent lundi. Cette formation est un témoignage très concret de l’esprit d’initiative qui est celui de l’Association des Anciens Elèves Congolais de l’ENA de France, créée il y a moins d’un an.

Elle illustre, une fois de plus, le dynamisme de cette jeune association qui, en quelques mois, s’est fortement impliquée dans l’organisation du colloque international de Brazzaville, à l’initiative de la Fédération africaine des anciens élèves de l’ENA, en mai dernier, qui a signé un protocole de coopération avec l’Association des Anciens Elèves de l’ENA, en marge de ce colloque, et qui vient d’organiser cette session de préparation au concours.

Cette formation est ainsi une première mondiale pour le réseau des anciens élèves de l’ENA : votre association, Monsieur le Président, est en effet la seule, à ce jour, à s’être engagée dans la préparation des candidats au concours. Cet engagement traduit la volonté des anciens élèves congolais de cette prestigieuse école de passer le relais, et de donner toutes leurs chances à leurs collègues de l’administration pour intégrer cette institution.

Cette session, qui a reçu l’appui de l’ambassade de France, a été élaborée selon un véritable plan de formation mobilisant, depuis septembre, les compétences d’anciens élèves congolais de l’ENA mais également des expertises extérieures, notamment françaises. Votre participation à ce séminaire, Mesdames et Messieurs les candidats, est donc un résultat en soi et vous aura permis, sans aucun doute, d’enrichir vos connaissances et d’échanger vos expériences acquises au sein de vos différentes administrations.

Cette démarche de passage de relais, d’échange et d’ouverture est fidèle à l’esprit dans lequel l’ENA a été créée en 1945 par le Général de Gaulle, alors président du Gouvernement provisoire de la République française. Son objectif était bien de briser les corporatismes au sein des ministères français, et de former, dans cet esprit, des cadres de la haute administration, dans le contexte de la reconstruction du pays, au lendemain de la seconde guerre mondiale. L’ENA demeure, 70 ans après sa création, mondialement reconnue pour la qualité de ses enseignements et la force, justement, de son réseau d’anciens élèves.

Il me reste, Mesdames et Messieurs les candidats, à former des vœux de réussite pour les épreuves de la semaine prochaine et à renouveler mes félicitations à l’Association des Anciens Elèves Congolais de l’ENA de France pour cette initiative dont la pertinence n’est pas à démontrer.

Je souhaite à ces anciens élèves de s’insérer harmonieusement dans la haute administration congolaise, où ils ont en toute logique leur place et où je ne doute pas que leurs compétences soient mises à profit dans l’intérêt du pays. C’est tout le sens que souhaite donner la coopération française en réservant, chaque année, à nos partenaires étrangers, un accès aussi large que possible à l’ENA, en particulier pour partager leur formation avec leurs homologues français. Je vous remercie.

Dernière modification : 18/01/2016

Haut de page