Démarrage des activités du projet PARAMED, mis en oeuvre par l’AFD

Le 30 janvier 2014, l’Ambassadeur de l’Union européenne, le Directeur de l’agence AFD au Congo, le Directeur général de l’administration et des ressources de la santé, le Directeur général de la formation professionnelle, le bureau d’étude « CREDES/ Croix Rouge Française/ FIBIO » et les différents directeurs généraux de la santé ont pris part à la cérémonie de lancement du Projet d’appui à la formation continue du personnel paramédical (PARAMED).

Ce projet vise à améliorer la qualité des soins dispensés au Congo grâce notamment à la mise en place d’un système de formation continue des personnels de santé paramédicaux (sages-femmes, infirmiers diplômés d’État, techniciens de laboratoire) et le renouvellement de certains équipements.

Il répond donc aux retards constatés, notamment à travers les forts taux de mortalité maternelle (426 décès pour 100 000 naissances) et infantile (97 ‰).

C’est dans ce contexte que l’UE a octroyé en 2012, une subvention de 3 Mds de FCFA (4,6M€) à l’État congolais. Ces fonds sont destinés au financement du projet PARAMED dont la mise en œuvre est assurée par l’AFD. Lors de la cérémonie, l’Ambassadeur de l’Union européenne, M. Marcel Von Opstal, et le directeur de l’AFD au Congo, M. Patrick Dal Bello, ont rappelé l’importance de la collaboration entre les deux bailleurs de fonds, ainsi que les différentes étapes qui ont permis d’aboutir au lancement du projet. Le Directeur général de l’administration des ressources a évoqué le contexte congolais et donc le caractère essentiel de l’amélioration des conditions et de la qualité des soins dispensés.

PNG

Le projet sera mené à bien par le groupement « CREDES / Croix Rouge française / FIBIO ». A cette occasion, le groupement a présenté les différentes étapes du projet :

  • Une phase de démarrage de trois mois sera consacrée à la définition du mode de formation et des besoins en équipement.
  • La phase de mise en œuvre durera 24 mois et assurera la définition des programmes de formation, la formation des formateurs, la livraison du matériel informatique de formation, ainsi que la formation des personnels concernés.
  • Enfin, le dernier mois sera consacré à l’évaluation des réalisations du projet.
L’aboutissement de ce projet permettra la prise en charge efficace des malades et l’amélioration de la santé de la population.
1 450 personnes seront formées, dont 900 infirmiers, 300 sages-femmes et 250 laborantins dans les 15 hôpitaux bénéficiaires du projet à travers tout le pays.

Dernière modification : 26/09/2014

Haut de page